La maison médicale
de Miniaturama-sur-mer
Page 2
Page 3 Page 4

Qui suis-je ?

Les maisons de poupées

Les caravanes Tesserault

Les vitrines

Les microchoses

Quelques objets

pommeSouris en feutrine

Techniques

Les pages de Framboise

Les copains de Miniaturama-sur-mer

Me contacter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enseigne fabriquée par Christian, l'ancien pharier de Miniaturama-sur-mer



23 février 2009 - La façade du rez-de-chaussée. J'ai imprimé les lettres (police Garamond) en jaune-orangé. J'ai passé une légère couche de peinture dorée par-dessus (on pouvait toujours nettement lire les caractères au travers), et j'ai découpé délicatement aux ciseaux.

Les impostes sont en rhodoïd peint à la peinture vitrail. Les portes sont en samba (vitres en boîte de CD). La double porte de gauche, censée donner sur l'escalier, ferme en fait le lognement du transfo électrique.


23 février 2009 - L'intérieur de la pharmacie... A droite, les tiroirs à médicaments dans l'arrière-boutique, que l'on apercevra par une porte ouverte.

 

Les tiroirs sont en plasticard.

Comme dans les vraies pharmacies, ils portent les premières lettres du premier médicament qu'ils contiennent.

 

25 mars 2009 - Le carrelage est réalisé en bristol, selon la méthode de Christine-Léa Frisoni (voir son livre). Il ne va pas tout à fait jusqu'au pied des murs, parce qu'il sera de toute façon recouvert dans cette zone par le meuble de la pharmacie.


20 mars 2011 - Le meuble pourrait être du XIXème siècle. Il est en samba teinté puis passé à l'huile pour teck.

Les deux étagères supérieures présenteront des objets "de musée", et les autres les produits à la vente.

 


La frise a été dessinée par ma fille Laurie (16 ans). Nous l'avons scannée, imprimée puis patinée à la cire teintée (le blanc du papier était trop éclatant). Elle représente des animaux et des végétaux symboles traditionnels de la pharmacie, ou bien historiquement utilisés pour la fabrication de remèdes. Un certain nombre d'entre eux étaient représentés sur des enseignes ou figuraient dans les noms des pharmacies ("pharmacie du cygne", par exemple...). Nous la verrons en détail plus bas...

Les torsades Louis XIII ont été fabriquées avec la machine à corder de Christian (voir ici la 2ème photo de la page).

Les portes du droguier (la partie basse du meuble) et les façades des tiroirs du poudrier (la partie haute du meuble) sont simplement collées sur du carton-plume recouvert de papier noir (ben non, ça ne s'ouvre pas !).

 

De ce côté, le meuble est plus étroit (le droguier ne dépasse pas du poudrier, donc pas de place pour les colonnes torsadées) car il sera derrière le comptoir. On aperçoit l'arrière-boutique par la porte ouverte.

 


Le médaillon au-dessus de la porte est un emblème de la pharmacie représentant les trois règnes (tous utilisés dans la fabrication des remèdes, historiquement et même encore maintenant) :
- le règne végétal, avec le palmier (symbole du savoir, et de la victoire sur la maladie)
- le règne animal, avec le serpent (symbole du pouvoir sur la vie et la mort, et symbole de la connaissance)
- le règne minéral, avec les rochers.

Cet emblème est habituellement accompagné de la devise "In his tribus versantur", c'est-à-dire : "Ils sont versés dans les trois règnes" : les pharmaciens font appel aux trois règnes.

 

Page suivante